Le vin est il une drogue ???

Publié le par clairesws

Lundi 18 août sur France Inter dans l'emission "Ca vous dérange" de Eric LANGE, le sujet abordé était le suivant : le vin est-il une drogue comme les autres?

La question était posée à
         - Marc LAGRANGE, chirurgien digestif au Centre Hospitalier de Nevers (58 - Nièvre), il dispense quelques cours à l'université Jean Guyot (DIJON) à l'Université de la vigne et du vin (Suze la Rousse) et dans les séminaires Médicercle. Il a récemment publié aux éditions Feret "Le Vin & La Médecine".

        - Jean François VALETTE, est directeur du pôle prévention, AIDES Alcool

        - Philippe BATEL, psychiatre, alcoologue. Il dirige le service d'alcoologie del’hôpital Beaujon (Clichy) et préside l'ARMA (Association pour la rechercher des maladies alcooliques). Ses recherches en alcoologie sont principalement axées autour de l’efficacité des traitements. Il a publié en 2006 la synthèse vulgarisée de ses travaux au sein de l'expertise collective sur l'alcool.

Le débat fut très intéressant, j'ai beaucoup aimé le point de vue de Marc LAGRANGE qui disait à propos d'une auditrice qui n'a jamais bu de vin "qu'elle ne devait pas être heureuse dans la vie". Il a un discours d'épicurien, de passionné par ce breuvage, on sent chez lui une grande envie de défendre ce produit aux bienfaits certains. Il n'en fait pas un produit illicite, ni malfaisant, bien au contraire, il en parle comme un moteur de bonheur, un rassembleur autour duquel on retrouve les joies du partage, d'amitié, de la dégustation, de convivialité et de respect.

On peut également comprendre la position des autres intervenants, comme Jean-François VALETTE, qui était là pour le côté prévention contre les dégats causés par l'alcool, par l'abus de l'alcool. Lui même disait apprécier le vin, mais il voulait mettre l'accent sur le laisser faire de cette  consommation abusive au travail, sur les non-dits puis l'exclusion lorsque les dégâts sont de plus en plus visibles et génants pour les autres. Il souhaitait mettre le doigt sur la responsabilité que nous avons à faire de la prévention autour de nous. Il n'avait pas l'air de  diaboliser le vin, à l'inverse du psychiatre Philippe BATEL qui en fait vraiment un poison pour le corps et l'esprit.

Mais soyons honnêtes avec nous même, nous sommes seuls responsables de nos diverses dépendances, c'est la vie, ses hauts et ses bas qui font que certains doivent trouver une échappatoire pour oublier ou pour se faire croire que tout va bien. C'est un engrenage que nous sommes seul à pouvoir enrayer ou à pouvoir éviter selon notre volonté.

Le vin est pour moi avant tout une boisson, le fruit du travail dur et passionné du viticulteur, un plaisir gustatif, un enrichissement culturel et scientifique, une alchimie évolutive, une découverte chaque année...

Je ne me considère pas dealer et encore moins droguée. Je suis fille de viticulteurs, producteur de Cognac (16) et je suis l'épouse du responsable d'un vignoble dans les Graves (33), j'ai appris à déguster le vin, j'ai appris à le comprendre, j'ai appris à consommer... Nous parviendront à combattre l'alcoolisme par l'éducation. Mr Marc LAGRANGE proposait des cours d'oenologie à partir de la 6ème ou de la 5ème et pourquoi pas.

Publié dans Editos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phil 07/01/2009 22:03

Vous êtes une criminelle !...Non votre propos est juste chacun doit trouver son équilibre. En général, les passionnés de vin deviennent tellement technicien qu'ils ne peuvent pas basculer du mauvais côté.